gorgone_plongeur

Centre de plongée PADI, île Sainte Marie

Plongées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Snorkeling

snorkeling-lagon
PADI Discover Scuba

Venez découvrir les fonds sous-marins de Sainte-Marie grâce au Snorkeling/PMT. Tout ce dont vous avez besoin sont une paire de palmes, un masque et un tuba… permettant même à un débutant d’avoir un aperçu sur l’étonnant monde sous-marin.

Plongées sur les épaves

LES 2 ÉPAVES : ADVENTURE GALLEY ET SERAPIS

Adventure Galley Navire anglais du célèbre Capitaine Kidd, équipé de 36 canons et de 70 hommes, il partira vers l’océan Indien pour une honnête mission de corsaire. L’argent faisant cruellement défaut pour couvrir les frais de sa mission, Kidd se décide à attaquer les navires pirates et français et amasse un trésor conséquent. Le capitaine finira pendu à Londres au dessus de la Tamise, son corps exposé à la vue des marins pour les dissuader de suivre la même voie que lui. La légende de Kidd est d’autant plus importante que l’on raconte que son trésor est toujours caché quelque part entre les Etats Unis et le Canada. Fortement abimé par les différentes attaques, c’est lors d’une escale à l’Ile Sainte Marie en 1698 que Kidd décide de couler volontairement l’Adventure Galley pour repartir avec un nouveau navire. L’archéologue américain Barry Clifford et son équipe organiseront 3 expéditions sur l’Ile Sainte Marie entre 1999 et 2000, et découvriront cinq épaves de navires : le Fiery Dragon, commandé par le pirate « Billy One Hand » et l’Adventure Galley. Les 3 autres sites explorés seraient le Ruparrel, le Mocha Frigate et le New Soldado. Les fouilles se concentrent sur l’Adventure Galley et une nouvelle expédition s’organise en 2010. L’équipe séjourne au Princesse Bora Lodge and Spa et Fifou sera d’une aide précieuse pour l’organisation sur place. Barry Clifford est connu comme le « Nicolas Hulot des Etats Unis », depuis les années 70 il a participé à de nombreuses découvertes d’épaves qui ont permis l’avancés des connaissances sur la piraterie. Il travaille aujourd’hui sur l’épave du Santa Maria, le bateau de Cristophe Colomb. L’équipe espère avoir un jour les moyens de créer un musée de la piraterie à Sainte Marie avec les vestiges retrouvés.


Magnifique navire de guerre bâti par la Royal Navy en 1779, avec 44 canons et un double pont, le Serapis n’aura fait qu’un seul voyage sous le pavillon anglais. Il est capturé par les américains en mer Baltique, lors de la guerre d’indépendance Américaine. Cette bataille rendra célèbre le capitaine victorieux John Paul Jones et fit entrer le navire dans l’histoire. Plus tard, le Sérapis devenu français servait dans l’Océan Indien. Lors d’une escale à Sainte Marie, un marin laisse tomber une lanterne au moment de sortir la ration quotidienne de Brandy pour l’équipage. La cale prend feu et celui ci finira par atteindre le stock de poudre. Après une explosion, qui abimera la coque, le Sérapis sombrera rapidement devant le port de Sainte Marie et restera oublié près de 200 ans. C’est en 1999 que l’archéologue et historien américain, Richard Swete, passionné par John Paul Jones, entreprend un voyage à Madagascar dans le but de retrouver le Sérapis. Henry, fondateur du Bora Dive and Research, accueillera toute l’équipe dans son hôtel, Villas de Vohilava, et plongera régulièrement avec eux. Après trois expéditions à l’île Sainte Marie, l’épave du Sérapis est enfin localisée ; ancre, canons et nombres d’objets sont retrouvés. La mort de Richard Swete en 2000 est un coup dur pour toute l’équipe qui décide de ne pas laisser perdre son travail, et c’est son assistant Michael Tuttle qui continuera les fouilles. Le Project Sérapis est à la recherche de fonds pour organiser de nouvelles expéditions. Nous vous invitons à visiter leur site pour en savoir plus sur cette fabuleuse aventure et les soutenir : http://serapisproject.org/expedition.html